Vous êtes ici : Accueil > Salle du prof > Expresso libre > Soutien d’été
Publié : 18 août 2008

Soutien d’été

Le ministre Darcos a mis en place du soutien scolaire pour les lycéens, pendant les vacances, préfiguration de la future organisation du lycée.

Qui peut contester le bien fondé d’une telle mesure visant à réduire l’échec scolaire ? Aucun de tous ceux qui essaient de développer l’idée qu’il faut attribuer des moyens en fonction des objectifs locaux (pas tous les moyens mais une bonne part) ne peut rejeter le principe d’un soutien scolaire gratuit.

Reste le droit de porter la critique : simultanément, le gouvernement maintient un dispositif fiscal rendant attrayant le soutien scolaire à domicile... pour les élèves dont les parents appartiennent aux couches les plus favorisées et qui de ce fait ont déjà le plus de chances de réussir. Comment comprendre ces deux niveaux : soutien à domicile pour les plus aisés, soutien ua lycée pour les moins ? N’est-ce pas encore un zeste de ségrégation scolaire ?

De plus, ce soutien s’effectue en nous serinant la rengaine : « vous pouvez gagner plus en travaillant plus », comme si la plupart d’entre-nous n’avaient pas besoin de leurs sept semaines de congés d’été (nous terminons un peu avant le 14 juillet) dont une part (pas tout évidemment) est consacrée à la préparation de l’année à venir ! Ne serait-il pas nécessaire, pour faire admettre une nouvelle organisation des études au lycée, d’éviter toute agression idéologique marquée politiquement ?

Enfin, si l’on estime intéressant, à tout point de vue, que des auxiliaires d’éducation (étudiants, profs en formation...) s’occupent de ce soutien pendant les vacances, ne serait-il pas intelligent, pour une meilleure efficacité pédagogique, qu’il soit organisé, contenus et méthodes, par les enseignants du lycée concerné ? Et donc qu’il soit organisé avant les vacances, dans le cadre de leur service ?